Comment bien choisir un nouvel emploi ?

Aujourd’hui nous allons parler du cœur de vos revenus si vous êtes salarié.

Il s’agit de votre travail.

L’endroit où vous échangez votre temps et votre savoir contre de l’argent.

Comment bien choisir un nouvel emploi

La comparaison entre deux offres d’emploi se fait très souvent seulement sur le salaire.

Mais en réalité, il y a d’autres facteurs tout aussi important à prendre en compte.

Nous allons voir les plus importants tout au long de cet article, pour vous aider dans votre choix.

 

 

Une stratégie globale

Mieux gérer son argent passe aussi par avoir un emploi qui vous correspond, qui vous plait et dans lequel vous êtes bien.

 

Votre métier, qui vous procurera votre source de revenu principale pendant de longue année. Fait partie de la stratégie à long terme que vous devez avoir pour vous enrichir.

Grâce à lui et à l’argent qu’il vous procure, vous pourrez épargner puis investir.

Ensuite, vos investissements viendront vous procurer des revenus complémentaires qui grossiront avec le temps.

Tant que vous ne serez pas indépendant financièrement, vous avez besoin de travailler pour avoir de l’argent pour vivre.

Et c’est votre emploi qui vous le fournira.

 

Votre travail, est aussi un levier pour gagner plus d’argent. Si vous pouvez avoir une augmentation, ou trouver un poste mieux rémunéré ailleurs.

Et même si on l’oublie parfois, c’est un des piliers de votre réussite financière. Tout simplement parce que si vous gagnez plus, vous pourrez épargner et investir plus.

 

Si on couple un travail rémunérateur, aux économies que vous pouvez réaliser sur votre budget, et à la reprise en main de vos finances. Alors le résultat sera vraiment important 🙂 .

Mais l’argent n’est pas le seul facteur. Un travail où vous vous sentez bien aura de très bonne répercutions sur votre humeur et votre santé.

Vous passez une très grande majorité de votre temps dans votre entreprise. Alors autant essayer de trouver un cadre qui vous convienne.

 

Un travail est un cumul entre un salaire, et d’autres choses plus immatérielles.

Il ne faut rien négliger, pour trouver un équilibre qui vous permettra d’avancer.

Vous pourrez ainsi vous sentir bien.

Et préparer sereinement votre avenir et celui de vos enfants  😉 .

 

 

Avant tout, le travail

On l’oublie souvent, mais c’est quand même le principal !

 

Au final, c’est le travail que l’on va accomplir au quotidien.

Il est donc normal et important qu’il nous plaise.

Car trouver un job bien payé c’est sympa. Mais si c’est pour faire des choses que l’on n’aime pas, et finir par le regretter, ça l’est beaucoup moins.

 

L’idéal est de trouver un emploi dans lequel vous pourrez vous épanouir et vous sentir bien.

Si cela n’est pas possible à cause de votre secteur d’activité, ou de l’emploi en lui même, alors il faudra chercher celui qui s’en approche le plus.

Ne recherchez donc pas aveuglément le boulot le mieux payé que vous puissiez trouver. S’il ne vous correspond pas vous allez à la catastrophe.

Au contraire, comme on le fait quand on est consommateur en cherchant le meilleur rapport qualité/prix. Vous devrez faire la même chose, et chercher le job avec le meilleur ratio plaisir/salaire.

Ainsi vous aurez un travail, qui même s’il ne sera pas toujours idéal. Iu s’il vous prendra la tête de temps à autre, vous permettra d’avancer dans votre carrière. Et d’aimer ce que vous faites.

 

Si la description du poste ne vous conviens pas.

Allez quand même au rendez-vous pour rencontrer l’entreprise.

Cela vous permettra de confirmer que ce boulot ne vous convient pas. Ou au contraire de voir que la description du poste était moins bonne que le poste en lui même.

En tout état de cause, il est très difficile de savoir ce que sera réellement le job. Sauf si vous l’avez déjà fait dans une autre entreprise, et encore. D’une entreprise à l’autre, les process, et l’ambiance peuvent changer énormément de choses.

N’hésitez donc pas à poser des questions, et regarder si le feeling passe entre vous et les personnes que vous rencontrez. Car ce seront vos futurs collègues ou supérieurs.

 

Le travail à réaliser en lui même, est donc un critère très important à prendre en compte avant toute chose.

Si vous recherchez un emploi, ou que l’on vous en propose un. C’est d’ailleurs la première chose que vous verrez de ce potentiel employeur.

 

 

Le salaire

Parlons maintenant de la deuxième composante, la rémunération directe.

La rémunération directe

 

La partie fixe

Le salaire est à tord ou à raison, très utilisé pour comparer les emplois entre eux.

Même si c’est un très bon indicateur pour positionner une offre par rapport à une autre, ce n’est pas la seul. Et dans certains cas, ce n’est même pas le critère principale de choix.

Le salaire, exprimé brut par les employeurs, est le montant qu’une structure vous échange en fonction de votre temps et de vos compétences.

A ce salaire brut, s’ajoute des charges pour l’entreprise, les cotisations patronales. Et des charges pour le salariés, les cotisations salariales, qui viennent en déduction de votre salaire brut.

Ce qui tombe dans votre poche, est appeler le salaire net.
Je sais, que là je ne vous apprends  rien 😉 .

 

Cadre ou pas cadre ?

Le montant des cotisations salariales variera si vous êtes cadre ou non cadre.

Les cadres cotisent en effet plus, et donc le net est moins important.

Entre deux emplois, si vous êtes cadre dans l’un et pas dans l’autre, votre salaire ne sera donc pas le même.

Mais être cadre procure malgré tout des avantages. Une meilleure retraite, l’accès à l’APEC (Association pour l’emploi des cadres) qui pourra vous aider si vous voulez changer de travail.
Et également même si c’est plus anecdotique, un meilleur status social. dans le sens où les banques et les individus distinguent positivement ce status.

Suivant les entreprises, les cadres peuvent également avoir accès à des avantages que n’ont pas les non cadres. Tel que la mutuelle, les tickets restaurant ou une voiture de fonction par exemple.

 

La partie variable

Il ne faut pas oublier les primes qui peuvent venir s’ajouter à la partie fixe du salaire.

Ces primes peuvent êtres basées sur différents paramètres tel que la performance, des objectifs collective ou individuelle, des résultats, des indicateurs ou des challenges.

Ce qui peut vite faire des écarts de rémunération importants entre deux postes, grâce à cette part variable.

Je vous conseille néanmoins, de maximiser le plus possible la partie fixe de votre salaire, qui ne pourra pas baiser. Plutôt que de choisir l’emploi qui sera le plus rémunérateur avec toutes les primes. Tout simplement, car vous n’êtes pas sûr de réussir à avoir chaque mois toutes les primes… Et donc au final, vous toucherez peut être moins qu’un autre travail avec un fixe plus important mais des primes plus basses…

Autre chose importante, les primes ne comptent ni dans le calcul du chômage, ni dans celui de la retraite. Vous comprenez donc pourquoi j’insiste sur la partie fixe 😉 .

 

 

Les avantages

A la rémunération directe, s’ajoute la rémunération indirecte et les différents avantages que peuvent procurer un poste.

Ils sont de différents types, pécuniers, horaire ou matériel.

 

La partie pécuniaire.

Nous ne rentrerons pas aujourd’hui dans les détails des produits que nous allons voir.

Je le ferais dans un autre article 😉 .

 

Pour cette rémunération indirecte et financière.

Je pense notamment à l’intéressement.
Qui est conditionné à un objectif global pour l’entreprise. Cela peut être un chiffre d’affaire, un bénéfice ou un pourcentage de productivité à atteindre.

 

Il y a également la participation des salariés aux bénéfices de l’entreprise.
Obligatoire pour les entreprises de plus de 50 salariés. La participation, est un pourcentage des bénéfices que l’entreprise redistribue à ses salariés.

 

Il y a également le Plan Epargne Entreprise (PEE).
Qui peut être très avantageux, si l’employeur procède à des abondements.
C’est à dire que si vous verser 100€, il versera également de l’argent sur le PEE, suivant un pourcentage définit à l’avance, dans la limite de 300% maximum. Ajoutez à cela de très bons avantages fiscaux au bout de 5ans de blocages.
Et le fait suivant les sociétés de pouvoir verser son intéressement et/ou sa participation sur le PEE.
Et vous avez quelque chose de fort sympathique 🙂 .

 

Et pour finir le Plan Epargne Retraite Collectif (PERCO).
Il fonctionne sur le même mode que le PEE. Les sommes versées sur le plan et les intérêts seront disponible lors du départ à la retraite. Sous forme de rente viagère ou de capital si le contrat le prévoit.

 

Réduction du temps de travail (RTT)

Un autre avantage bien connu sont les RTT.

RTT et loisirs

 

Ils vous permettent en échange d’un travail hebdomadaire supérieur à 35 h, de récupérer des congés.

Une entreprise est libre de suivre la convention collective dont elle dépend, ou bien de définir elle même les règles. Le temps de travail, tout comme les RTT varient donc d’une entreprise à l’autre.

Certaines sont ainsi très généreuses, alors que d’autre moins sur l’aspect RTT. Elles peuvent en effet imposer des règles, comme de les consommer par demi-journée, de les poser 1 mois à l’avance ou bien ne pouvoir utiliser qu’un seul RTT par mois.

Pour connaitre les règles du jeu, n’hésitez pas à relire votre contrat de travail, votre confirmation d’engagement, le règlement intérieur de votre entreprise ou la convention collective qui s’applique à vous. La source la plus fiable étant bien entendu de demander aux ressources humaines de votre société.

 

Ne l’oublions pas c’est un avantage, et si vous faites 35 h/semaine, vous n’y avez pas droit.

 

Ticket restaurant

Ou chèque déjeuner, selon l’organisme qui les distribuent.

 

C’est un avantage que beaucoup de société offrent à leur salarié.

En échange d’un ticket restaurant, il est possible d’acheter à manger ou de faire des courses alimentaires.

 

L’employeur prend à sa charge de 50% à 60% du prix du chèque déjeuner. L’autre partie restant à la charge de l’employé.

Le bénéficiaire à le droit à un titre restaurant pour chaque jour travaillé. Exit donc les jours de vacances, de RTT ou les maladies.

Pour en bénéficier, il faut bien sur que votre entreprise en propose. Mais aussi que vous ayez une pause repas, et qu’après cette pause vous retourniez travailler.

 

Les tickets restaurant sont avantageux pour le salarié et l’employeur.

Le premier gagne du pouvoir d’achat, et le second obtient une exonération de cotisations sociales et fiscales.

Mais ce service à un coût pour l’entreprise. Même s’il est inférieur à une augmentation du salaire brut du salarié. C’est pour ça notamment que les petites structures ne l’offrent pas toujours.

 

Mutuelle et prévoyance

C’est également un avantage qui est beaucoup proposé.

 

La prise en charge des frais de santé, permet à l’employeur de savoir que ses salariés pourront correctement se soigner et seront ainsi en meilleure forme.

En général, l’entreprise prend à sa charge entre 50 et 60% du prix de la cotisation mensuelle, le reste incombe au salarié.

A noter qu’au 1er Janvier 2016, les entreprises devront toutes fournir une complémentaire santé collective minimale.

 

Certaines structures réservent pour l’instant cet avantage à une certaine population de leur effectifs, par exemple les cadres.

La cotisation mensuelle pour la mutuelle, que ce soit la part salarié ou employeur. Entre dans le Net Imposable depuis le 1er Janvier 2013.  Ce qui rend le procédé beaucoup moins avantageux qu’auparavant.

 

Enfin, certaines sociétés proposent des solutions de prévoyance.

Elles permettent d’être couvert en cas de maladie, pour la perte de salaire.

D’avoir un complément de prise en charge en cas d’hospitalisation.

Ou bien qu’un capital soit versé au conjoint et/ou aux enfants en cas de décès.

Comme pour la mutuelle, il est possible qu’une partie des effectifs ait accès à cet avantage.

 

Les biens matériel

Cela peut-être divers objets.

 

Tel qu’un véhicule, un téléphone mobile et un ordinateur portable.

Sans rentrer dans les détails, certains de ces avantages peuvent vous être utile au quotidien.

Car vous pouvez les utiliser. Et même pour certains, en ne les achetant pas, vous faites des économies.

Il faut donc bien veiller à regarder cet aspect lorsque vous comparez deux emplois.

 

 

Les à-côtés

N’oublions pas deux thèmes souvent mis de côté alors qu’ils sont tout aussi importants.

La convention collective, et la formation.

 

Convention collective

Elle est souvent négligée, et pourtant elle est importante.

 

En effet, si une convention collective existe, elle va venir remplacer une partie du code du travail.

Vous n’avez aucun pouvoir là-dessus, et comme vous pouvez l’imaginer, elle va régir votre vie de salarié.

Elle peut entre autre traiter du temps de travail, du délais de préavis lorsque vous démissionnez ou que vous êtes licencié, des RTT…

 

C’est donc une partie centrale de votre futur emploi.

Si vous conservez la même convention collective, il y a donc peu de chance que les choses changent.

Par contre, si vous changez de branche, vous allez peut être perdre ou gagner divers avantages.

Il faut donc que vous n’hésitiez pas à vous renseigner sur ce point.

 

Enfin, peu importe votre convention collective.

C’est votre contrat de travail qui est utilisé en dernier ressort.

On peut donc dire, que c’est le schéma suivant qui s’applique pour savoir les règles qui s’appliquent

Code du travail -> Convention collective -> Règlement intérieur -> Contrat de travail

 

Formation

Cette variable est elle aussi souvent mise de côté.

 

Et pourtant, certains employeurs ne rechignent pas à vous payer des formations.

Ces formations sont bénéfiques pour eux bien sûr, mais également pour vous.

En apprenant de nouvelles choses, serez formé sur un nouveau produit, ou vous deviendrez plus efficace. Et si un jour vous cherchez un emploi ailleurs vous pourrez les faire valoir pour trouver plus facilement ou négocier le salaire à la hausse.

Vérifiez dans votre contrat qu’il n’y a pas une clause de dédit de formation. Auquel cas, vous devrez sans doute rembourser votre employeur si vous le quittez.

 

 

Cadre de vie

En plus du job, du salaire et des avantages, il y a le cadre de vie.

Le cadre de vie est important

 

Il ne faut pas l’oublier, et c’est au final, je pense la chose la plus importante !

Trouver un super job, bien payé mais à 2h de transport de son domicile. Alors que son conjoint a également un très bon poste, avec 1h de transport à l’opposé. Ca devient vite compliqué ! Il y a l’option de déménager à distance égale des deux sociétés, mais vous aurez chacun 1h30 de transport. Et vous devrez changer de lieu de vie…

Idem si vous n’êtes jamais chez vous ou que très tardivement, alors que vous voulez profiter de vos enfants.

Il faut donc trouver un équilibre, entre l’emploi que vous visez, et votre cadre de vie.

 

Certains, comme une de mes connaissances, ont préférés perdre de l’argent avec un nouveau travail. Mais pouvoir profiter plus de leurs enfants. En ces temps de crise où tout est très dur, il ne faut pas rester obnubilé par le salaire, même si c’est une variable importante.

La qualité de vie, est un critère important également. Il faut prendre en compte plusieurs facteurs tel que le stress, la proximité, les horaires ou bien les déplacements.

 

Chacun aura une vision différente et des besoins différents, il n’y a donc pas de bonne réponse.

Certains préférerons gagner plus coûte que coûte, pour avoir un meilleur pouvoir d’achat. Se faire plaisir, avoir un logement plus grand et mieux situé.

Alors que d’autres préféreront aller au travail à pieds ou à vélo.

Quand d’autres encore chercheront des horaires adaptées.

 

 

Se poser les bonnes questions

Vous devez donc avec toutes choses, avant toutes recherches, vous posez des questions.

 

Pour cela, je vous conseille de prendre une feuille vierge. Qu’elle soit de papier ou informatique, peu importe. Trouvez ensuite un endroit calme dans lequel vous pourrez réfléchir tranquillement.

Commencez par mettre la date du jour.

Puis le titre « Mon nouvel emploi ».

Puis répondez à ces questions :

  • Quel est mon salaire actuel (ou le dernier si vous êtes demandeur d’emploi) ?
  • Quel son mes avantages actuels (ou les derniers que vous aviez) ?
  • Quel est le temps de trajet maximum que je suis prêt à accepter ?
  • Je recherche un poste fixe ou sédentaire ?
  • Est-ce que j’ai des contraintes horaires ?
  • J’accepte de perdre un peu de salaire pour gagner en qualité de vie (temps de déplacement, temps passé avec mes proches) ?
  • Quelle baisse de salaire je suis prêt à accepter si le travail me plait vraiment ?
  • Au contraire, je veux gagner plus. Quel est le salaire que je vise ?
  • Quels sont les avantages que je veux avoir ?
  • Quels sont les critères les plus importants pour mon nouveau job (les classer par importance décroissante) ?

 

Vous aurez ainsi une véritable carte. Qui contiendra vos aspirations et souhaits principaux.

Elle vous permettra de vous guider tout au long de vos recherches. Puis si vous avez plusieurs offres, de pouvoir les comparer, et choisir celle qui s’adapte le mieux à vos critères, notamment grâce à la dernière question.

 

Bien sur, ni cet article, ni les questions que je propose ne sont exhaustifs.

Vous devez vous en inspirer pour trouver ce qui importe vraiment pour vous. Ce qui colle au mieux à votre vie et ce que vous voulez.

 

 

Dites-moi dans les commentaires, comment vous faites pour choisir un nouvel emploi ?

 

Crédit photos : Laurent Gébeau. Ángel Apellido Moyan Brenn , Rob .

Cet article vous a plu ?

Alors reprenez le contrôle de votre argent en téléchargeant gratuitement mes bonus :

- Les tableaux de suivi de vos finances et leurs graphiques.

- Le guide "Les bonnes bases pour commencer à s'enrichir".

Recherches utilisées pour trouver cet article :

  • choisir offre emploi
  • les critères pour choisir un offre demploi
  • comment choisir entre 2 offre d\emploi
  • comment bien choisir son emploi
  • cment choisir entre deux job
  • choisir un travail
  • choisir un poste difficile
  • choisir un emplois
  • choisir un emploi bien
  • choisir son salaire

12 plusieurs commentaires

  1. Bonjour Marc,

    Article très complet qui méritait un commentaire 🙂
    Pour ma part, je cherche le meilleur équilibre entre travail en rapport avec mes compétences, ambiance, salaire et cadre de vie.
    C’est un tout à mes yeux !

    Bon dimanche,
    Phil
    Phil Articles récents : La fiscalité des placements financiers en 2014My Profile

    • Salut Phil,

      Merci pour ton commentaire !

      C’est vrai que l’article est complet.
      C’est un exercice périlleux pour arriver à être assez exhaustif sans non plus être trop lourd et noyer les lecteurs dans les détails.
      J’espère que j’ai réussi l’exercice 🙂 .

      Comme tu le dis c’est un tout, il faut trouver le bon équilibre 😉 .

  2. Excellent article.
    Très complet!
    Joli d’avoir pensé à la convention collective! 😉

    Je précise juste pour le statut cadre, se méfier des horaires. RTT ou pas, en France on considère que cadre = pas de limite du nombre d’heure travaillé.

    Pour un nouvel emploi, le point le plus problématique reste la difficulté à se projeter dans un poste.
    Pas évident à mon avis. (et point sur lequel je ne suis pas bon!)
    David Articles récents : Résultat des investissements sur 2013My Profile

  3. Excellent article ! Et oui, il y a de nombreux points à prendre en considération et pas que le salaire, qui est malheureusement pour beaucoup l’élément primordial. Je ne comprends pas que certains puissent travailler dans un endroit qui ne leur plait pas avec des missions pourries sous prétexte de gagner 100€ de plus que dans un autre poste où il se serraient totalement épanouis !
    InvestMan Articles récents : Que faire lorsque le dépôt de garantie ne suffit pas ?My Profile

    • Ca c’est bien vrai.

      Pendant 3 ans j’ai eu un job dans une petite boite qui n’avait pas de gros moyens et qui payait assez peu. Mais je me suis tellement éclaté que ça m’était égal !
      Marc Burlet Articles récents : Comment bien choisir un nouvel emploi ?My Profile

      • Bonjour Marc,

        je sais j’ai mis 2 ans avant de trouver votre page … Mais je n’avais pas eu le temps de mettre un commentaire : votre article m’a bien aidé, merci !
        Cependant, il y a quelques mois j’ai pris la décision de démissionner d’un super poste, grosse entreprise, gros salaire mais où je m’ennuyais. J’adorai ce que je faisait depuis plus de 15 ans mais là, l’ambiance, chef, … de l’entreprise m’a mis à bout. j’ai donc pris un job dans une petite boite qui comme vous le dites n’a pas beaucoup de moyens, il faut courir plus, faire plus d’heures pour un salaire plus petit. Mais vu les responsabilités et l’intérêt du poste dont des missions que je n’ai jamais faite m’a fait prendre cette décision. donc je m’éclate. Donc c’est clair que de baisser son salaire c’est très dur psychologiquement on se dit que l’on a bossé pendant 15 ans pour ces augmentations, mais à quoi ça sert s’il on déprime et que tous les matins en allant au boulot on a la boule au ventre. Aujourd’hui je n’ai aucun regret.

        Mais attention, ce n’est que mon cas, ne pas partir de son job sans y avoir bien réfléchi et savoir ce que l’on va faire : se prendre quelques mois de vacances, faire une formation, se réorienter ou tout simplement faire le même job dans une autre entreprise. Et comme vous l’avez si bien mis dans l’article, calculer avant jusqu’à quel sacrifice sur son salaire êtes-vous prêt à faire. Après, j’ai le contre exemple qui est encore mon expérience, une entreprise ^côté boulot pas terrible, ambiance pas terrible mais qui me propose un cdi. J’ai réfléchi et refusé pour me retrouvé au chômage car dans mon cas oui il y a l’argent mais ce n’est pas à la place n°1 … Je comprends aussi ceux qui ont fait des études et qu’ils ne veulent pas être sous payés : chacun ses priorités.

        Je suis d’accord avec le commentaire « N’hésitez pas à sortir de vôtre zone de confort. Au pire envoyez des CV en cachant vôtre employeur actuel, vous pourriez être surpris des réponses. »

  4. Effectivement, résumer un emploi à son salaire fixe est une importante erreur! C’est le ratio entre le salaire global, incluant tous les à côtés, et l’épanouissement que peut proposer un job, par l’intérêt qu’on lui porte, qu’il faut surveiller. Malheureusement, le second point peut être difficilement mesurable avant d’y être réellement! Comme j’entends souvent: on sait ce que l’on quitte, mais on ne sais pas où on atterit!
    squatte Articles récents : Optimiser ses finances avec ses objectifs annuels, bilan après 3 moisMy Profile

    • Tu as tout à fait raison pour la citation à la fin de ton commentaire.

      Malheureusement beaucoup de personnes n’osent pas changer de boulot. Même si elles se sentent mal depuis plusieurs années. Car elles ont peur de ce qu’elles vont trouver.

      Mais quand ça ne va pas bien, c’est difficile de trouver pire.
      Et le fait de repartir de 0 sur de bonnes bases peut également faire beaucoup de bien.
      Marc Burlet Articles récents : Comment bien choisir un nouvel emploi ?My Profile

  5. Changer de travail c’est inquiétant. Comme on dit : on sait ce qu’on perd, pas ce qu’on trouve.
    Pour ma part ça faisait environs 3 ans que je pensais changer de travail (je suis resté 5 ans). Principalement pour une question économique : trop de kilomètres, je passais plus d’une paye par an pour pouvoir aller bosser…

    Finalement j’ai sauté le pas, j’ai un nouveau boulot depuis 2 semaines. C’est plus loin, mais néanmoins je fais moins de kilomètres parce que je fais ma journée de travail en une seule fois. Je vais gagner plus (environs 200€ de plus par mois, c’est pas négligeable). Et surtout j’ai des horaires vraiment géniaux : 6h-13h du lundi au vendredi (avant je pouvais bosser de 7h à 19h, samedi et dimanche matin inclus).
    En sachant que dès que mon travail est terminé j’ai le droit de partir même si ce n’est pas encore l’heure (il m’arrive parfois de partir à 12h au lieu de 13h, et le plus souvent je pars à 12h30). Mine de rien ça augmente le taux horaire.

    Les débuts ont été assez durs car mon principal collègue ne brille pas par sa patience (il faudrait tout savoir tout de suite), mais maintenant que j’ai pris mes marques c’est vraiment bien et le collègue ne trouve plus grand chose à redire (il n’a pas un fond méchant en plus).
    Du coup j’ai échangé un boulot payé au ras de pâquerette dans mon secteur (je suis boucher) avec des horaires à rallonge contre un travail bien mieux payé (je suis à la moyenne du secteur et je commence au plus bas) avec des horaires géniaux et bientôt une mutuelle moins chère.

    N’hésitez pas à sortir de vôtre zone de confort. Au pire envoyez des CV en cachant vôtre employeur actuel, vous pourriez être surpris des réponses.

    • Checkman,

      Merci encore une fois pour tes témoignages pertinents.

      Ton histoire montre bien que ce n’est pas facile de sortir de sa zone de confort alors que l’on peut trouver un travail qui peut mieux nous convenir, être mieux payé et/ou nous apporter un meilleur confort de vie.

      Jusqu’à il y a encore quelque mois je n’avais pas entendu parlé de cette astuce du CV dans lequel on cache son employeur actuel.
      J’ai un collègue qui le fait systématiquement en ne précisant pas sur son CV les entreprises dans lequel il a travaillé, mais juste les postes et les missions qui lui étaient confiés.
      Il garde les détails et notamment les noms pour les entretient en face à face et il a eu jusqu’ici de bons résultats.

      Marc.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

CommentLuv badge